New England

La surprise du chef a un nom : New England !!! Originaire de Boston (ville lettrée et phare de la Nouvelle Angleterre), New England doit avant tout être appréhendé comme un des plus gros gâchis de l’histoire du rock américain.

 

Il y quarante ans, leur premier opus éponyme se plaçait au-dessus de tout avec des orchestrations millimétrées, des voix à faire fondre les icebergs et une incommensurable musicalité digne du père Bach. « Don’t Ever Wanna Lose Ya » avait même défoncé les portes du baromètre Billboard Top 30. Alors que New England talonnait les Queen, Journey, Foreigner… et leur refilait leurs premiers cheveux blancs, les bisbrouilles d’égo et les turpitudes des firmes de disques allaient faire dérailler cette association de surdoués mené par John Fannon.

 

Revenu sporadiquement mais toujours en état de grâce au-devant de la scène, le quartet va fêter en grande pompe sa première venue sur le continent européen et l’anniversaire de son immortel chef d’œuvre avec un line up intact (Fannon-Waldo-Gardner-Shea).

 

New England, soyons-en conscient, c’est du Boston pur jus, le sirop en moins et le charme des obscurs en plus…