Alcatrazz

Il est acquis qu’avec Alcatrazz on va encore bien s’évader lors de cette superbe journée dévolue au hard mélodique et au pomp rock.

 

Un groupe : un homme. Ou plutôt une figure centrale : Graham Bonnet ! Chanteur des Marbles dans les années 60 dont Ritchie Blackmore était fan, notre cher Graham et son look de playboy/vacancier se retrouve dans le Rainbow du vilain en 1979 pour un Down to Earth méchamment gaulé. C’est le déclic. Il devient alors calife à la place du calife et au sein de son Alcatrazz, il consomme guitaristes sur guitaristes (Yngwie Malmsteen, Steve Vaï, Danny Johnson…) entre tradition mauvais coucheur et volonté de purges staliniennes.

 

Mais que cet Alcatrazz a du chien et du bagout. C’est du hard terriblement efficace entre pomp et hard chromé parfaitement exécuté par des pointures comme Jimmy Waldo et Gary Shea (oui, les New England !). Trop longtemps à la casse au profit de projets sans trop de lendemains, Graham Bonnet a sorti son vieux joujou du formol depuis peu pour réapparaître tel un phénix avec Joe Stump (un petit prodige guitaristique du Berklee College de Boston), ce bon vieux Jimmy Waldo et tout récemment le bassiste original Gary Shea.

 

Still too drunk to live ?