Editorial

Chers amis,

Après les interrogations et les fâcheries, la lumière est au bout du tunnel ! Un retour à une certaine forme de normalité se profile doucement. Même en cas de résurgence d’un variant ou l’autre, la bonne ventilation de notre nouvelle salle permettra la tenue de notre 2ème édition. 2022 sera bien l’année de la libération après deux malheureux reports qui ont ulcéré tout le monde.

Soyons honnêtes ! Ces ajournements ont parfois entamé notre confiance et notre enthousiasme. Mais un vent nouveau et favorable a balayé la sinistrose. Nous croyons dur comme fer en la réussite de notre 2ème Golden Age Rock Festival. Hélas, nous n’avons pas été en mesure de conserver l’entièreté de l’affiche malgré notre insistance. New England, Teaze et Killer Dwarfs ont décidé de ne pas traverser l’Atlantique. La pandémie et ses effets délétères (déplacements compliqués, coûts des billets d’avion, maladies…) ont eu raison de la motivation de ces superbes exclusivités que beaucoup d’entre vous se réjouissait d’enfin voir. Sweet a joué les filles de l’air, privilégiant l’Allemagne et Mère Patrie. C’est la vie. Joe Lynn Turner nous a certifié que certains de ces musiciens n’étaient pas vaccinés…

Devant cette avalanche de défections, nous avons décidé de retrousser nos manches. De ne pas céder à la panique. Prudemment et en bonne symbiose nous avons décidé d’une affiche un peu moins exclusive mais plus fédératrice. Plus équilibrée aussi. Avec Trois «véritables» journées. Sept groupes le vendredi et le dimanche. Huit le samedi.

Vendredi 19 août : pour notre journée dédiée au hard rock des années 80, Baron Rojo devient notre tête d’affiche. Les rockers N°1 d’Espagne sont en tournée d’adieu et n’ont plus presté dans notre pays depuis les Heavy Sound Festival 1983 (Bruges) et 1984 (Poperinge). Avec Diamond Head, nous avons convenu d’un set spécial : Celui de Lightning To The Nations, son chef d’œuvre de 1980 qui a tant inspiré Metallica. Autre bonne idée : Victory. Le band d’Hanovre s’est complètement revitalisé et réinventé avec un nouveau chanteur suisse. Nous avons aussi pensé belge. Lions Pride, Killer, SteeLover et Ostrogoth ont secoué le landernau dans les 80’s. Ils sont devenus cultes !

Samedi 20 août : si les Français d’Ocean se joignent aux quatre premières formations prévues, les places d’honneur du samedi sont chamboulées mais nous n’y perdrons pas au change ! Devant  l’enthousiasme qu’a généré Angel lors de sa mémorable prestation de 2019 à notre Festival, nous avons cédé à la demande populaire et nous les reprogrammons en vedette cette fois avec un show complet et un set allongé. Que du bonheur ! Mother’s Finest n’a pas pris l’habitude de déverser ces tonnes de groove dans nos contrées. Cet oubli sera comblé. Quant au troisième larron, il s’agira de Russ Ballard, un hit maker de haut vol qui a inventé le hard FM avec son comparse Rod Argent au sein de Argent au début des seventies. Du pain béni pour nous.

Dimanche 21 août : après le décès de notre ami Michel Leclercq, nous avons choisi Vacation de Charleroi. Des pugnaces. Si Robby Valentine, Grand Slam, Prophet et Alcatrazz sont toujours de la partie, nous avons opté pour un groupe 100% féminin en la personne de Girlschool. Les quatre londoniennes vont vous étonner avec un set centré sur leurs hits singles. La tête d’affiche devait être britannique mais après bien des palabres, elle sera finalement belge et francophone ! Machiavel est une légende en Belgique et nous avons décidé d’accorder notre confiance à un groupe qui a le courage de se réinventer sans oublier son très beau passé.

Le changement de localisation du Golden Age Rock Festival a dû vous étonner, vous interpeller. Il ne nous était plus possible de conserver le site de la Caserne Fonck à cause de travaux dans la cour intérieure du domaine qui avait été la joyeuse respiration de l’édition 2019. Ni une ni deux, nous avons convenu du meilleur : le Palais des Congrès, à quelques minutes à pied de la Gare TGV de Liège, au bord de la Meuse, notre fleuve, et à l’orée des plus prestigieux jardins de la Cité Ardente. Nanti d’une confortable salle en parquet mais surtout d’un VIP avec une terrasse dominant la Meuse et un parterre intérieur en proche connexion avec la scène. Dans le plus pur esprit du classic rock US qui se tient dans des hôtels luxueux ou de vastes casinos. Pas assez rock ‘n’roll ? Certes, mais nous avons la sensation que vous recherchez une certaine qualité. En un mot : du confort. L’hôtel 4 étoiles Van der Valk en face du Golden Age devrait finir de vous convaincre.

Don’t Stop Believin’. Sol Lucet Omnibus (le soleil luit pour tout le monde) et rendez-vous à notre Golden Age 2022 avec un sourire jusqu’aux oreilles.

 

L’équipe du Golden Age Rock Festival

 

Editorial 2019 :

La tentation de créer un festival «différent», autre, aura été la plus forte. Non sans mal. Entre scepticisme ambiant et négociation compliquées, le Golden Age Rock Festival se pose comme un véritable ovni en plein cœur d’un été de festivals conventionnels . Groupes inédits ou rares dans nos contrées, concepts spéciaux et surprises sont donc notre crédo, notre spécificité. Fortes fortuna juvat – La fortune sourit aux audacieux !

Nous comptons évidemment sur vous. Sur ceux qui se désespèrent de voir éternellement les mêmes. Sur ceux qui ne vont pas rechigner à donner une chance à un parterre de connaisseurs/passionnés. Parce que les groupes proposés, nous les connaissons sur le bout des doigts, nous les avons vu récemment… et ils vont vous étonner, vous captiver. Vous conquérir pour toujours…

Si le rock des années 70 ou 80 sont pour vous une Madeleine de Proust, alors ce festival nouveau qui propose de l’ancien doit être un must absolu. Si nous, organisateurs, nous sommes souvent déçus par une implacable soif mercantile ou par une évolution de surenchères des divers festivals, notre GARF veut impérativement se centrer sur une thématique old school : une seule scène. De la respiration entre les prestations. Des horaires adaptés. De la fraternité entre toutes les parties.

Liège est une ville agréable, bouillante, accueillante et d’essence latine, une cité ardente pleine de contrastes : elle sera en cette fin de mois d’août la mecque du Classic Rock. Et il est acquis que ce superbe ancien manège de la caserne Fonck sera un phare de la passion musicale. Un élixir de la convivialité non feinte…

Keep on rocking brothers & sisters and let’s be part of it !